Abdi Hasan Awale Qeybdiid

21.03.2012 ( Modifié le : 01.06.2016 )
Trial Watch rappelle que jusqu'à ce qu'une éventuelle condamnation soit entrée en force, toute personne accusée ou poursuivie par une juridiction nationale ou internationale est présumée innocente.

faits

Abdi Hasan Awale Qeybdiid est né en Somalie en 1948 et devint un membre de l’Alliance nationale somalienne. En tant que chef de guerre somalien, il prit part au “Abdi House Raid” et devint connu sous le nom de “Mad Abdi”.

Il fut nommé commandant des troupes Farah Aidid qui se battirent contre les forces des Etats-Unis durant la première bataille de Mogadiscio (également connue sous le nom de bataille de la mer Noire ou le jour des Rangers). En 1993, l’armée et les forces spéciales des Etats-Unis arrêtèrent Qeybdiid. Il fut gardé en détention plusieurs mois avant d’être relâché. Les détails de sa capture sont mis en scène dans le film La Chute du faucon noir.

En 2001, Qeybdiid devint le chef de la police de Mogadiscio en tant que membre du gouvernement transitionnel national, sous le règne du dictateur Mohamed Siad Barre.

Durant la seconde bataille de Mogadiscio de 2006, les forces armées de Qeybdiid se battirent du côté de l’Alliance pour la Restauration de la Paix et contre le terrorisme (“Alliance for the Restoration of Peace and Counter-Terrorism” ou ARPCT) contre l’Union des tribunaux islamiques (“Islamic Courts Union” ou ICU). Les combats firent plus de 140 morts et le clan de Qeybdiid fut le dernier à se rendre.

Qeybdiid est accusé d’avoir ordonné l’exécution d’enfants soldats capturés dans la ville somalienne de Kismayo en 1991.

En 2005, Qeybdiid fut arrêté dans la ville suédoise de Lund après que certains somaliens domiciliés dans cet Etat le reconnurent et dénoncèrent à la police. Il fut arrêté sur présomption de génocide.

procédure légale

En 2005, Qeybdiid fut arrêté dans la ville suédoise de Lund après que certains somaliens domiciliés dans cet Etat le reconnurent et dénoncèrent à la police. Il fut arrêté sur présomption de génocide.

Les prétentions découlaient d’événements liés à la première bataille de Mogadiscio ansi que d’une prétendue exécution d’enfants soldats capturés dans la ville somalienne de Kismayo en 1991. La dernière accusation se fonderait sur une vidéo vieille de 14 ans qui représenterait Qeybdiid en train d’interroger un groupe de jeunes enfants et d’ordonner à ses hommes d’ouvrir le feu.

La vidéo fut par la suite considérée comme une preuve insuffisante pour déposer des accusations et Qeybdiid fut relâché.