Abdul Razaq Arif

06.04.2021 ( Modifié le : 08.04.2021 )
TRIAL International rappelle que jusqu'à ce qu'une éventuelle condamnation soit entrée en force, toute personne accusée ou poursuivie par une juridiction nationale ou internationale est présumée innocente.

LES FAITS

 

Abdul Razaq Arif est un ressortissant afghano-néerlandais. Il est soupçonné d’avoir été le commandant et le chef du département des affaires politiques de la prison de Pul-e-Charki à Kaboul dans les années 1980. Cette prison était réputée pour son régime inhumain pendant la guerre entre l’URSS et l’Afghanistan. Les détenus y étaient emprisonnés illégalement, torturés, soumis à des traitements inhumains et dégradants, et sommairement exécutés. Selon le Procureur général néerlandais, les enquêteurs en charge des crimes internationaux ont reçu des dizaines de déclarations de témoins attestant de l’implication d’Abdul Razaq Arif dans ces crimes.

 

PROCÉDURE

 

Le 12 novembre 2019, la police néerlandaise a arrêté Arif sur la base de soupçons de crimes de guerre. Il est vraisemblablement arrivé aux Pays-Bas en 2001 et a ensuite obtenu la nationalité néerlandaise.

En 2020, les procureurs ont recueilli des témoignages de victimes et d’anciens employés du gouvernement communiste afghan, démontrant que le suspect a travaillé à trois postes différents à la prison de Pul-e-Charki. Le procès devrait commencer fin 2021 devant le tribunal de district de La Haye.

©2021 trialinternational.org | Tous droits réservés | Politique de confidentialité | Statuts | Designed and Produced by ACW