Gibril Massaquoi

07.04.2021
TRIAL International rappelle que jusqu'à ce qu'une éventuelle condamnation soit entrée en force, toute personne accusée ou poursuivie par une juridiction nationale ou internationale est présumée innocente.

LES FAITS

Gibril Massaquoi est un ressortissant sierra-léonais. Il a occupé un poste de direction au sein du RUF, un groupe rebelle sierra-léonais qui avait des liens étroits avec le Front national patriotique du Liberia (NPFL) de l’ancien président libérien Charles Taylor. Gibril Massaquoi était également le porte-parole et l’assistant du fondateur du groupe, Foday Sankoh.

Le RUF a envahi la Sierra Leone en mars 1999, avec le soutien du NPFL, dans le but de renverser le gouvernement de Joseph Momoh. Le NPFL et le RUF sont restés étroitement liés tout au long de la guerre civile en Sierra Leone.

 

PROCEDURE

En 2002, le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL) a été créé. Gibril Massaquoi a offert de collaborer et est devenu un des principaux informateurs du procureur, témoignant contre ses anciens collègues. En 2009 et 2012 respectivement, le TSSL a condamné trois anciens hauts dirigeants du RUF et Taylor pour des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité commis en Sierra Leone. Gibril Massaquoi n’a été accusé d’aucun crime par le TSSL.

Dans le cadre de leurs efforts réguliers d’enquête et de documentation, l’ONG genevoise Civitas Maxima et son organisation sœur libérienne, le Global Justice and Research Project (GJRP), ont rassemblé des preuves indiquant que Gibril Massaquoi aurait commis, supervisé et ordonné des crimes internationaux au Liberia.

Certains indices indiquaient que Gibril Massaquoi était en Finlande, Civitas Maxima et le GJRP ont donc soumis des informations aux autorités finlandaises en 2018 sur l’implication présumée de Massaquoi dans des atrocités de masse au Liberia. À la suite d’une enquête préliminaire, le Procureur général de Finlande a ordonné l’ouverture d’une l’affaire.

Des enquêteurs de la police finlandaise se sont rendus au Liberia à plusieurs reprises depuis début 2019 pour entendre des témoins, en coopération avec les autorités libériennes.

Le 10 mars 2020, Gibril Massaquoi a été arrêté par la police finlandaise à Tampere, en Finlande, soupçonné de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, notamment de meurtres, de violences sexuelles et de recrutement et d’utilisation d’enfants soldats. Son procès s’est ouvert le 1er février 2021.

©2021 trialinternational.org | Tous droits réservés | Politique de confidentialité | Statuts | Designed and Produced by ACW