Gina Haspel

27.05.2019
Trial Watch rappelle que jusqu'à ce qu'une éventuelle condamnation soit entrée en force, toute personne accusée ou poursuivie par une juridiction nationale ou internationale est présumée innocente.

Faits

Gina Haspel est née en 1957 à Ashland, dans le Kentucky. Elle détient un diplôme en langues et en journalisme de l’Université de Louisville. Elle rejoint la CIA en 1985. Elle a été affectée à de nombreux postes à l’étranger, dont plusieurs comme Cheffe de mission, et devient le 18 mai 2018, sous la présidence de Donald Trump, la première femme à occuper le poste de directrice de la CIA.

A la fin du mois d’octobre 2002, elle aurait dirigé un centre secret de détention le « Cat’s Eye » en Thaïlande, où elle aurait mis en place un programme de torture faisant partie de la politique de lutte contre le terrorisme initiée après les attentats du 11 septembre par les États-Unis.

En effet, la CIA est accusée d’avoir planifié, développé et exercé des actes de torture et autres actes inhumains ou dégradants dans sa lutte contre le terrorisme depuis 2001. La CIA et les forces armées américaines auraient arrêté des suspects à travers le monde et les auraient amenés dans des centres de détention américains situés en dehors du territoire américain ou les auraient remis à d’autres Etats. Des méthodes de torture – comme le waterboarding–  auraient été utilisées sur différents détenus dans ces divers centres de détention (black sites).

Procédure Légale

Le 9 décembre 2014, en réponse à la publication d’un rapport par le Sénat américain concernant le programme de détention et d’interrogation de la CIA et au dépôt d’une plainte pénale par l’organisation ECCHR (Centre européen pour les droits constitutionnels et humains) le 17 décembre 2014, le Procureur fédéral allemand a ouvert une procédure d’examen préliminaire.

Le 28 juillet 2015, ECCHR a soumis plus d’informations au Procureur fédéral allemand concernant des témoins et des suspects en lien avec les procédés de torture de la CIA, et le 28 juin 2016 en lien avec les procédés de torture à Guantanamo Bay et au centre de détention d’Abu Ghraib en Irak.

Le 6 juin 2017, ECCHR a déposé de nouvelles preuves au Procureur général allemand concernant le rôle de Gina Haspel dans des cas de torture sur des détenus dans un centre de détention secret de la CIA en Thaïlande en 2002.

Le 10 septembre 2018, ECCHR a soumis de nouvelles informations après la nomination de Gina Haspel au poste de directrice de la CIA le 18 mai 2018.

En septembre 2018, un détenu de Guantanamo Bay – Abd al-Rahim al-Nashiri – s’est joint à la procédure. Il allègue avoir été torturé dans un centre de détention secret de la CIA en Thaïlande qui aurait été dirigé par Gina Haspel.