fbpx

Jennifer W. et autres

27.07.2020
TRIAL International rappelle que jusqu'à ce qu'une éventuelle condamnation soit entrée en force, toute personne accusée ou poursuivie par une juridiction nationale ou internationale est présumée innocente.

FAITS

En août 2014, la ressortissante allemande Jennifer W. a quitté l’Allemagne pour l’Iraq et y a rejoint l’ISIS. Entre les mois de juin et septembre 2015, elle aurait effectué les « patrouilles morales » quotidiennes à Falloujah et Mossoul, villes alors occupées par l’ISIS. Jennifer W. inspectait si le comportement et les vêtements des femmes étaient conformes aux règles fixées par le groupe ISIS. Lors de ces patrouilles, pour lesquelles elle aurait reçu une rémunération de l’ISIS, Jennifer W. aurait emporté avec elle diverses armes.

Jennifer W. partageait un foyer avec son conjoint, Taha A.-J., qui aurait rejoint l’ISIS en 2013. En été 2015, Taha A.-J. aurait acheté une femme et sa fille de cinq ans, issues d’un groupe de Yazidis faits prisonniers par l’ISIS. Taha A.-J. a amené la femme et sa fille chez lui. Taha A.-J. et Jennifer W. aurait gardé la femme Yazidi et sa fille comme esclaves et les aurait exposées à des conditions de vie inhumaines. Taha A.-J. est soupçonnée d’avoir interdit à la femme Yazidi et à sa fille d’exercer leur religion et de les avoir forcées à se convertir à l’Islam.

Afin de punir les captives, Taha A.-J. les aurait battus sévèrement et de manière répétée. Pour punir l’enfant de cinq ans, Taha A.-J. est soupçonnée de l’avoir enchaînée à l’extérieur sous une chaleur torride, ce qui a entraîné la mort de l’enfant. Jennifer W. aurait été témoin des actes de son mari et n’aurait pris aucune mesure pour empêcher la mort de l’enfant.
 

PROCEDURE

En 2019, l’enquête structurelle sur les crimes commis par l’ISIS contre la communauté Yazidi en Syrie et en Iraq a conduit à des arrestations, des mises en accusation formelles et des procès contre plusieurs anciens membres du groupe ISIS sur la base d’accusations de crimes contre l’humanité, de crimes de guerre, de génocide et d’autres crimes.

Le 9 avril 2019, le procès de Jennifer W., s’est ouvert devant le tribunal régional supérieur de Munich, sur la base d’un acte d’accusation formel du 13 décembre 2018. Jennifer W. est notamment accusée de crime de guerre pour le meurtre d’une enfant Yazidi de cinq ans, prise en captivité et réduite en esclavage avec sa mère, par Jennifer W. et son mari Taha A.-J., un ressortissant iraquien.

Le 18 avril 2019, la Cour fédérale de justice allemande a émis un mandat d’arrêt contre Taha A.-J. Suite à son arrestation en mai 2019 en Grèce, il a été extradé vers l’Allemagne le 9 octobre 2019. Le mandat d’arrêt était basé sur une forte suspicion qu’en tant que membre de l’ISIS, il aurait commis des crimes de génocide, des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre contre la mère et la fille Yazidi. Il a été inculpé début 2020.

Le procès contre Jennifer W. s’est poursuivi en 2020. En plus des accusations initiales, la Cour envisage d’inclure des accusations de crimes contre l’humanité.

©2020 trialinternational.org | Tous droits réservés | Avertissement | Statuts | Designed and Produced by ACW