Sabri Essid

07.04.2021
TRIAL International rappelle que jusqu'à ce qu'une éventuelle condamnation soit entrée en force, toute personne accusée ou poursuivie par une juridiction nationale ou internationale est présumée innocente.

FAITS

En août 2014, des combattants de l’Etat Islamique (EI) ont envahi le mont Sinjar, le bastion des Yézidis, une minorité kurdophone du nord de l’Irak. Des milliers de personnes ont été tuées et des milliers de femmes et de jeunes filles ont été enlevées et réduites à l’esclavage sexuel.

Sabri Essid aurait pris part à cette attaque en tant que combattant de l’EI. Il n’a pas encore été localisé.

PROCEDURE

En 2016, le Procureur du Pôle lutte contre les crimes contre l’humanité, crimes et délits de guerre au sein du Tribunal de grande instance de Paris (intégré en 2019 au sein du Parquet national antiterroriste nouvellement créé) a ouvert une enquête préliminaire pour génocide et crimes contre l’humanité présumés commis par l’EI contre la communauté yézidie de Syrie et d’Irak.

En 2018 et 2019, la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) a représenté légalement des survivants yézidis qui ont témoigné auprès des enquêteurs et dénoncé la participation de citoyens français aux crimes qu’ils avaient subi.

Le 25 octobre 2019, le Parquet national antiterroriste a ouvert une enquête contre Sabri Essid pour crimes contre l’humanité. La FIDH représente deux suvivants yézidis.

En février 2020, un mandat d’arrêt international a été délivré contre Sabri Essid pour génocide et crimes contre l’humanité.

©2021 trialinternational.org | Tous droits réservés | Politique de confidentialité | Statuts | Designed and Produced by ACW