fbpx

Sadeq Alamyar

09.05.2016 ( Modifié le : 27.07.2020 )
Trial Watch rappelle que jusqu'à ce qu'une éventuelle condamnation soit entrée en force, toute personne accusée ou poursuivie par une juridiction nationale ou internationale est présumée innocente.

faits

Sadeq Alamyar est né en 1951 en Afghanistan. Au temps du régime d’Hafizullah Amin, il était commandant du 444 ième commando, une armée d’élite afghane.

En avril 1978, le Parti démocratique populaire d’Afghanistan a pris le pouvoir suite à un coup d’Etat, plus tard appelé « la révolution de Saur ». Cette arrivée au pouvoir a été suivie d’une guerre civile opposant le gouvernement communiste et les Mujahedenn, des groupe rebelles islamistes.

Le 20 avril 1979 les troupes de Sadeq Alamyar auraient effectué un raid à Kerala, la capitale de la province de Kunar (nord-est de l’Afghanistan). Plus de 1’000 hommes et garçons aurait été exécutés, ou enlevés pour être tués, en raison de leur collaboration présumée avec les groupes rebelles anti-gouvernemental. Certaines victimes auraient été abattues par Sadeq Alamyar lui-même. Ses hommes auraient enterré les corps des victimes dans des fosses communes à l’aide de bulldozers, et plusieurs personnes qui blessées auraient été enterrées vivantes. Le reste de la population de Kerala aurait fui le village.

Dans les années 1990, après la chute du gouvernement communiste afghan et après dix années de détention, M. Alamyar a obtenu l’asile en Hollande. Il a acquis la citoyenneté hollandaise et s’est installé à Rotterdam.

procédure

Sadeq Alamyar a été arrêté le 27 octobre 2015 par la police hollandaise.

L’enquête a été ouverte à la suite d’une plainte enregistrée en 2008 par les familles des victimes. Sadeq Alamyar aurait une responsabilité directe, puisqu’il est soupçonné d’avoir tiré lui-même sur des victimes. Les procureurs hollandais l’ont accusé de crimes de guerre commis dans un contexte de conflit armé non-international.

En décembre 2017, le Bureau du Procureur hollandais a abandonné les poursuites faute de preuves.

Aucun auteur du massacre de Kerala n’a pour l’instant été condamné pour les faits. Toutefois, en raison de l’absence de prescription pour les crimes de guerre dans le système de justice hollandaise, cela pourrait encore être possible dans le futur. A l’inverse, un autre suspect dans l’affaire Kerala résidant en Norvège ne peut plus être poursuivi dans ce pays, car les délais de prescription ont expiré.

 

©2020 trialinternational.org | Tous droits réservés | Avertissement | Statuts | Designed and Produced by ACW