fbpx

Sergei Lapin

12.04.2016 ( Modifié le : 14.06.2016 )
Trial Watch rappelle que jusqu'à ce qu'une éventuelle condamnation soit entrée en force, toute personne accusée ou poursuivie par une juridiction nationale ou internationale est présumée innocente.

faits

Sergei Lapin, alias Kadet (« cadet »), a servi comme lieutenant dans les forces de police spéciales anti-émeute de Russie (OMON), dont les opérations se déroulaient à Grozny, en Tchéchénie.

Dans la journée du 2 janvier 2001, Sergei Lapin et un collègue, dont l’identité n’est pas connue, auraient emmené Zelimkhan Murdalov, un étudiant tchéchène de 26 ans, au poste de police du district de Oktiabrskii. Ils l’auraient alors battu à l’aide d’une matraque et soumis à des chocs électriques dans le but de l’amener à collaborer avec les forces de l’ordre. Certains témoins affirment que Murdalov aurait perdu connaissance plusieurs fois durant sa détention. Le jour suivant, Lapin et son collègue aurait transféré le détenu dans une autre cellule. Depuis, on est sans nouvelles de Murdalov. Il serait mort des suites de ses blessures et fait désormais partie des nombreux « disparus » de la Guerre de Tchéchénie.

Un article publié en septembre 2001 par la journaliste Anna Stepanovna Politkovskaya sur les disparations forcées faisait état des liens entre Lapin et la disparition et de Murdalov. La parution de cet article a valu à la journaliste des menaces de morts. Une enquête a été ouverte à l’encontre de Lapin en octobre 2001 pour tenter d’élucider s’il était impliqué dans la profération de ces menaces.

En janvier 2002, Lapin a été arrêté et accusé d’avoir torturé Murdalov, alors que ce dernier était en détention.

 

procédure légale

En janvier 2002, Lapin a été arrêté et accusé d’avoir torturé Murdalov, alors que ce dernier était en détention.

Il a été relâché dans l’attente de son procès, puisqu’il a été jugé qu’il ne constituait pas une menace pour la sécurité publique.

Son procès a commencé en mai 2003, dans la ville de Grozny. Lapin ne s’est pas présenté devant le juge, alléguant souffrir d’une maladie mentale

Le 29 mars 2005, la Cour a reconnu Sergei Lapin coupable d’avoir intentionnellement causé de sérieux dommages à la santé en des circonstances aggravantes, d’avoir abusé de son autorité officielle sous des circonstances aggravantes et d’avoir falsifié des documents. Il a été condamné à 11 ans de prison, et ne pourra travailler pour quelconque agence sous la direction du Ministère de l’intérieur pour une période de trois ans suivant sa sortie de prison.

De plus, la Cour a rendu une décision spéciale, destinée au chef des forces spéciales de police russes de la région de Khanty-Mansiiskii, qui a critiqué la conduite des officiers servant sous son commandement dans la région tchéchène.

 

©2020 trialinternational.org | Tous droits réservés | Avertissement | Statuts | Designed and Produced by ACW