Tzipi Livni

20.03.2017 ( Modifié le : 15.07.2020 )
TRIAL International rappelle que jusqu'à ce qu'une éventuelle condamnation soit entrée en force, toute personne accusée ou poursuivie par une juridiction nationale ou internationale est présumée innocente.

Faits

Israël a lancé, entre le 27 décembre 2008 et le 18 janvier 2009 une opération militaire sur la Bande de Gaza connue sous le nom de « Plomb durci ». L’opération débuta avec une semaine d’intenses frappes aériennes et a été suivi par deux semaines d’assauts terrestres et aériens. Environ 1’400 palestiniens, des civils pour la plupart, ont péri durant l’intervention. Tzipi Livni était à cette époque ministre des Affaires Etrangères et membre du Cabinet de sécurité du Premier ministre Ehud Olmert. Elle est soupçonnée d’avoir joué un rôle décisif dans la gestion de ces trois semaines d’assaut.

 

Procédure

Procédure au Royaume-Uni

En 2009, le Centre Israélien des Droits de l’Homme (PCHR) a envoyé 490 plaintes au Procureur Militaire contre des hauts responsables de l’armée israélienne pour leur rôle dans l’opération Plomb durci, dont Tzipi Livni. Cepedendant aucune enquête ne fut ouverte.

Le 12 décembre 2009, à la demande d’avocats représentants les victimes palestiniennes, une cour britannique a émis un mandat d’arrêt contre Tzipi Livni. Le mandat fut annulé deux jours plus tard, le 14 décembre 2009, après confirmation que Tzipi Livni ne se rendrait pas au Royaume-Uni.

En octobre 2011, le PCHR et le cabinet d’avocats britannique Hickman & Rose, agissant pour le compte des victimes palestiniennes, sollicitèrent l’arrestation de Tzipi Livni qui était en visite au Royaume-Uni. Cependant, le Bureau des affaires étrangères du Commonwealth (Foreign and Commonwealth Office) lui ont accordé l’immunité diplomatique.

Le 30 juin 2016, alors qu’elle était à Londres pour une conférence organisée par le journal Haaretz, Tzipi Livni a été une nouvelle fois convoquée par la police concernant des allégations de crimes de guerre et violation des Conventions de Genève commis entre 2008 et 2009. L’immunité diplomatique lui a été accordée.

Procédure en Belgique

En juin 2010, un collectif de familles de victimes de l’opération Plomb durci a déposé plainte devant le procureur fédéral belge contre différents hauts responsables de l’armée israélienne, dont Tzipi Livni, pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Informé de sa visite à Bruxelles, le collectif a sollicité son arrestation aux fins d’interrogations.

Le 23 janvier 2017, Tzipi Livni devait se rendre à Bruxelles pour assister à une réunion du Parlement Européen. Le Bureau du Procureur belge a annoncé son intention de la convoquer pour un interrogatoire portant sur son rôle dans l’opération Plomb durci. Tzpi Livni a annulé son voyage en Belgique.

Procédure en Suisse 

Le 28 mai 2017, Tzipi Livni s’est rendue en Suisse pour participer à un évènement organisé par une association Suisse-Israélienne. L’ONG Collectif Urgence Palestine-Genève a déposé une plainte contre elle, l’accusant d’avoir participé à des crimes de guerre. Le Bureau du Procureur Général a indiqué que la plainte allait être étudiée.

 

©2022 trialinternational.org | Tous droits réservés | Politique de confidentialité | Statuts | Designed and Produced by ACW