fbpx

Dix ans après Srebrenica

11.07.2005 ( Modifié le : 18.07.2017 )

Srebrenica, 10 ans après : la nécessité de rendre justice

  • Le communiqué de presse [pdf]

Bern (Suisse) – 11 juillet 2005

Il y a 10 ans étaient commis autour de Srebrenica les pires massacres que l’Europe a connu depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. Environ 8’000 hommes, des civils pour la grande majorité, ont été tués lors et suite à la chute des enclaves de Srebrenica et de Zepa, en Bosnie-Herzégovine. Les victimes réclament toujours que justice leur soit rendue.

En présence de Monsieur Fahrudin Salihovic, qui était maire de Srebrenica au moment des faits, une délégation de Trial (Track Impunity Always – Association suisse contre l’impunité) s’est rendue le lundi 11 juillet à l’Ambassade de Serbie et Monténégro à Berne pour remettre une lettre ouverte à Son Excellence l’Ambassadeur Dragan Marsicanin.

L’association suisse contre l’impunité a rappelé les obligations de la Serbie et Monténégro – notamment aux termes des accords de Dayton et de plusieurs résolutions du Conseil de sécurité – de collaborer avec le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY). Pour Sandrine Roth, membre du Comité de TRIAL, « tout indique que Ratko Mladic, le chef militaire des Serbes de Bosnie au moment de la chute de Srebrenica, se cache en Serbie. L’inaction des autorités locales est inadmissible et choquante. Ratko Mladic doit être immédiatement livré à La Haye ».

TRIAL a par ailleurs souligné que l’association des Mères de Srebrenica et Zepa dénonce la présence annoncée du Président de Serbie et Monténégro, Monsieur Boris Tadic, aux commémorations de Srebrenica. Pour Fahrudin Salihovic, « les autorités de Serbie et Monténégro ne peuvent pas sincèrement se repentir sur les massacres commis avec leur complicité si les principaux responsables de ces horreurs continuent à se déplacer impunément dans ce pays ».

L’association de juristes estime que la Serbie et Monténégro doit non seulement coopérer pleinement et sans réserve avec le TPIY, mais doit aussi mener ses propres enquêtes et déférer devant ses propres tribunaux tous les responsables des crimes commis durant la guerre de Bosnie-Herzégovine. Si des signes encourageants semblent démontrer un début de changement d’attitude à cet égard, beaucoup reste à faire pour que justice soit enfin rendue aux victimes.

Pour marquer symboliquement cette journée de commémoration, des fleurs de papiers, confectionnées par des victimes de Srebrenica, ont par ailleurs été accrochées aux grilles de l’ambassade.

Emissions télé sur la remise de la lettre

  • Télévision SFDRS, Tagesschau du 11 juillet 2005, 13h. (allemand)
    Résolution: basse – haute (Realplayer requis)
©2019 trialinternational.org | Tous droits réservés | Avertissement | Statuts | Designed and Produced by ACW