Contexte

TRIAL International est active depuis 2014 dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC). A la jonction du Rwanda et du Burundi, cette zone est la plus touchée par le conflit. Depuis 1994, des combats incessants opposent les factions rebelles armées et les forces de sécurité nationale. Les civils sont souvent la cible d’attaques et des dizaines de milliers de victimes sont laissées pour compte en marge des combats.

Le génocide perpétré en 1994 au Rwanda a eu des répercussions tragiques dans l’est de la RDC. En l’espace de 20 ans, la guerre civile en RDC a fait des millions de victimes directes et indirectes, faisant de ce conflit le plus meurtrier depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Les groupes armés et les forces de sécurité nationale se déchirent sur de nombreuses lignes de front pour contrôler le territoire. Les vastes ressources minières et agricoles du pays attirent les convoitises et le rendent d’autant plus vulnérable.

Le système judiciaire demeure largement défaillant et l’impunité est généralisée, tant pour les acteurs étatiques que non-étatiques. L’isolement de certaines régions et la précarité des infrastructures font qu’il est particulièrement difficile de signaler et de documenter les crimes.

Que fait TRIAL International en RDC ?

Dans l’est de la RDC, TRIAL International opère au sein de réseaux internationaux de la société civile. Son travail et son expertise complètent ceux des autres acteurs sur place, notamment spécialisés dans les secteurs de la sécurité, de la criminologie ou de la consolidation de la paix. Tous œuvrent au renforcement de la capacité de l’État congolais à poursuivre les crimes de masse.

©Phil Moore_DRC_PEM_COD_SAKE_MUGUNGA_3814
Le conflit en RDC a provoqué de nombreux déplacements de population. ©Phil Moore

Rendre justice aux victimes

TRIAL International apporte son soutien à des affaires pouvant impliquer une seule victime comme plusieurs centaines. Son assistance est toujours gratuite pour les victimes et peut inclure, le cas échéant, des soins médicaux et psychologiques. C’est aussi l’une des rares ONG qui accompagne les victimes dans leurs demandes de réparations.

Bien que TRIAL International privilégie les procédures nationales, elle intente également des actions devant les mécanismes internationaux.

Renforcement des capacités locales

TRIAL International offre des programmes de formation à court et à long terme pour les acteurs judiciaires de la RDC et des pays voisins. Au fil des ans, elle a formé des avocats, des magistrats, des enquêteurs, des ONG locales et des défenseurs individuels des droits humains.

Chaque année, un programme de coaching de 12 mois destiné aux avocats offre une formation individualisée et approfondie sur le contentieux des crimes de masse. Couvrant les procédures nationales, régionales et internationales, il combine des apports théoriques et des applications concrètes. A la fin de leur formation, les avocats restent souvent impliqués dans les affaires de TRIAL.

Lutter contre l’impunité

Dans l’est de la RDC, des violations flagrantes des droits humains sont commises tant par des groupes armés rebelles que par l’armée. TRIAL International estime que personne ne devrait passer outre la loi et a donc porté plainte contre des chefs de guerre, des policiersdes officiers de l’armée ou encore des politiciens.

Voir aussi : TRIAL International au Burundi

Structures locales

TRIAL International a ouvert un bureau à Bukavu (Sud Kivu) en 2014, et un autre à Goma (Nord Kivu) en 2018. Le personnel est principalement composé de ressortissants congolais.

Infos sur le pays - 2018
610
nouvelles victimes représentées
10
nouvelles affaires au niveau national
165
praticiens du droit formés