Des Suisses nient le génocide de Srebrenica : première plainte

19.04.2010 ( Modifié le : 17.07.2017 )

Communiqué de presse commun de la Société pour les peuples menacés (SPM) et de TRIAL

Des Suisses nient le génocide de Srebrenica : première plainte

Lausanne, le 19 avril 2010

Deux auteurs du journal La Nation qualifient le génocide serbe de Srebrenica de «pseudo- massacre». Aujourd’hui, la Société pour les peuples menacés (SPM) ainsi que TRIAL, l’association suisse contre l’impunité, ont déposé une plainte auprès de l’Office du juge d’instruction cantonal du canton de Vaud dénonçant le déni d’un génocide et de crimes contre l’humanité. Jusqu’à ce jour, la justice suisse n’avait été amenée à se prononcer sur des plaintes dénonçant le déni de génocide que dans deux cas : le génocide contre les Juifs d’Europe et celui contre les Arméniens.

Deux auteurs habituels du journal La Nation, traditionnellement ancré à la droite de la droite, contestent:

  1. le génocide de Srebrenica et l’assassinat de plus de 8 000 hommes musulmans;
  2. les atrocités dans des camps de concentration et les crimes contre l’humanité commis par des Serbes ;
  3. les viols collectifs perpétrés par des Serbes bosniaques ;
  4. les attaques à la grenade sur la place du marché de Sarajevo.

L’événement déclencheur de ce texte a été la proclamation de l’indépendance du Kosovo, le 17 février 2008. Peu de temps après, le journal La Nation, un des organes de la Ligue vaudoise, a publié une série d’articles sur le «lynchage médiatique des Serbes»; aujourd’hui encore, le texte est en ligne et consultable sur le site de la Ligue vaudoise.

«Après les horreurs que les victimes ont subies, le déni de ces crimes est particulièrement insoutenable, et il est de nature à entraver le processus de réconciliation de l’ensemble des personnes concernées ainsi qu’à empêcher une cohabitation pacifique à l’avenir», explique Fadila Memisevic, présidente de la section Bosnie-Herzégovine de la SPM. Philip Grant, président de l’association TRIAL, indique pour sa part que les arguments avancés par les deux auteurs sont les mêmes que ceux invoqués actuellement par Radovan Karadzic au cours de son procès à La Haye. «De tels arguments nient les souffrances des victimes et disculpent les bourreaux

La Société pour les peuples menacés Suisse (SPM) est une organisation de défense des droits de l’Homme qui s’engage à l’échelle mondiale pour la défense des droits des minorités et des peuples autochtones. TRIAL (Track Impunity Always – association suisse contre l’impunité) lutte contre l’impunité des responsables, des complices et des instigateurs de génocide, de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité, de torture ou à l’origine de disparitions de personnes.

©2022 trialinternational.org | Tous droits réservés | Politique de confidentialité | Statuts | Designed and Produced by ACW