Le dictateur Obiang ne peut pas « protéger » Yahya Jammeh de la justice

02.02.2018 ( Modifié le : 07.02.2018 )

La Guinée équatoriale juridiquement condamnée à « poursuivre ou extrader » un dictateur gambien en exil

 

(Banjul, Gambie, 29 janvier 2018) – Les victimes de l’ancien gouvernement gambien de Yahya Jammeh et de leurs partisans ont réagi avec indignation à une déclaration du président équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema selon laquelle il « protégerait » le dirigeant exilé de la justice.

« De quel droit un dictateur pourrait-il en protéger un autre ? », Demande Baba Hydara, fils de Deyda Hydara, rédacteur en chef du journal « The Point » assassiné en 2004. « Ceux d’entre nous dont les proches ont été tués, torturés ou violés en prison, fusillés pour avoir manifesté pacifiquement, ou même contraints à de faux programmes de traitement contre le VIH de Jammeh, ont droit à une justice qui ne sera pas niée, et nous nous battrons aussi longtemps qu’il le faudra. »

M. Jammeh a fui la Gambie en janvier 2017 pour s’exiler en Guinée équatoriale après avoir perdu les élections présidentielles de décembre 2016 au président actuel, Adama Barrow.

Dans une interview accordée le 17 janvier 2018 avec RFI et France 24, le président Obiang a déclaré qu’il n’avait donné aucune garantie sur l’immunité de Jammeh et qu’il « ferait analyse de toute demande d’extradition avec [ses] avocats. » Cependant, après avoir rencontré le président guinéen Alpha Condé, qui a pris part aux négociations du départ de Jammeh de la Gambie, Obiang a changé d’avis le 26 janvier et a déclaré qu’il rejetterait toute demande d’extradition. « Je suis totalement d’accord avec [Condé]. Il faut protéger [Yahya Jammeh], il faut le respecter en tant qu’ancien chef d’Etat en Afrique, car cela reste une garantie que les autres chefs d’Etat qui doivent quitter le pouvoir n’aient pas peur du harcèlement qu’ils pourraient subir à une date plus tardive », a déclaré Obiang.

Entre-temps, le président Barrow de Gambie a déclaré dans plusieurs interviews le 25 janvier qu’il était « plus que désireux » d’entamer des discussions sur l’extradition de Jammeh si un tel procédé était recommandé par la Commission de Réconciliation et de Réconciliation de la Gambie, un organisme établi par la législation.

« Les présidents Obiang et Condé n’ont pas le droit d’usurper la décision du peuple gambien quant à savoir si les crimes présumés de Jammeh devraient être poursuivis », a déclaré Madi Jobarteh, responsable du programme de l’Association des ONG en Gambie (TANGO). « L’Union africaine et la CEDEAO doivent soutenir nos revendications de justice, comme elles l’ont fait dans l’affaire Hissène Habré, et ne pas faire obstruction. »

La campagne visant à amener Yahya Jammeh et ses complices en justice, qui rassemble des victimes gambiennes et des groupes de droits nationaux et internationaux, a noté que la Convention des Nations unies contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants de 1984 ratifiée par la Guinée équatoriale en 2002, oblige les États à poursuivre ou extrader  des tortionnaires présumés qui pénètrent sur son territoire. Le 20 juillet 2012, dans une décision unanime, la Cour internationale de justice a jugé qu’en raison de cette disposition «sans refuge» dans la convention sur la torture, le Sénégal devait poursuivre ou extrader l’ancien dictateur tchadien, Hissène Habré, contre qui il y a eu procès peu de temps après.

« En suggérant qu’une fois que vous avez été chef de l’Etat vous ne pourrez jamais être poursuivi quel que soit le crime que vous commettez contre votre peuple, Obiang et Condé veulent donner aux dirigeants carte blanche pour assassiner et torturer en toute impunité », a déclaré Ayeesha Jammeh, ce dernier ayant vécu l’assassinat de son père Haruna Jammeh et sa sœur Marcie, cousins ​​de Yahya Jammeh, suite à leurs critiques de l’ancien dirigeant. « Nous les victimes gambiennes n’accepteront pas cela et je suis sûr que personne en Afrique ne le fera. »

Ironiquement, dans son discours d’adieu en tant que président de l’Union africaine deux jours plus tard, Alpha Condé a annoncé que « nous ne sommes plus un syndicat de chefs d’Etat qui se protègent mutuellement ».

En 22 ans de régime autocratique, le gouvernement de Jammeh a utilisé des meurtres, des disparitions forcées, la torture, l’intimidation, la violence sexuelle et des arrestations arbitraires pour réprimer la dissidence et préserver son emprise sur le pouvoir. En 2005, plus de 50 migrants, dont 44 du Ghana, ont été massacrés par les forces de sécurité de Jammeh. Jammeh a contraint quelque 9000 Gambiens – dont la grande majorité vit avec le VIH – à recevoir ses remèdes à base de plantes médicinales grâce à un simulacre qu’il nomma « programme présidentiel de traitement alternatif ».

La campagne a déclaré qu’elle cherchait l’extradition de Jammeh pour un procès en Gambie, mais a compris que cela pourrait prendre plusieurs années car les problèmes politiques, sécuritaires et institutionnels doivent être résolus avant que Jammeh puisse obtenir un procès juste pour promouvoir l’état du droit en Gambie.

« Le président Obiang, dont le gouvernement continue d’utiliser la torture, les arrestations arbitraires et les exécutions extrajudiciaires contre ses détracteurs, ne peut se cacher derrière une telle « solidarité africaine » pour priver le peuple de la justice de la Gambie », a déclaré Tutu Alicante, le directeur d’EG Justice, une organisation à la tête de la protection des droits de l’homme en Guinée équatoriale.

Les groupes participant à la Campagne comprennent : le Centre Gambien pour les Violations des Droits de l’Homme, l’Institut pour les Droits de l’Homme et le Développement en Afrique, Article 19 Afrique de l’Ouest, Coalition pour le Changement en Gambie, TANGO, EG Justice (Guinée Equatoriale), TRIAL International (Suisse), Human Rights Watch, Guernica 37 Chambres de Justice Internationale, Aids-Free World et La Fondation pour l’égalité des chances en Afrique. La page Facebook de la campagne est : https://www.facebook.com/Jammeh2Justice/

©2018 trialinternational.org | Tous droits réservés | Avertissement | Statuts | Designed and Produced by ACW