Philippe Bovey : « le droit est une arme pour rétablir les plus vulnérables »

27.07.2021

Élu au Comité de TRIAL International en juin 2021, Philippe Bovey a plus de 15 ans d’expérience au sein de la société civile suisse. Aujourd’hui Secrétaire général de la Fondation Hirondelle, il espère accompagner TRIAL International dans sa prochaine phase de vie, « où l’élan de ses débuts doit être concilié avec la gestion de sa croissance ». Rencontre.

Entretien avec Philippe Bovey dans les locaux de TRIAL International. ©TRIAL International/Jean-Marie Banderet

« J’ai un profond respect pour l’expertise juridique de pointe de TRIAL International » explique Philippe Bovey quand on lui demande pourquoi il a souhaité rejoindre le Comité. « Depuis l’aide directe aux survivant/e/s jusqu’au renforcement des capacités et à la sensibilisation, TRIAL International propose une approche globale qui me paraît très pertinente. »

Une expertise juridique à laquelle Philippe Bovey souhaite apporter son expérience de management et de gestion, notamment en finances. « Ce n’est peut-être pas ce qui fait le plus rêver », s’amuse-t-il, « mais ce sont des enjeux cruciaux pour une organisation en plein développement. TRIAL International est dans une phase délicate de maturation, où sa croissance doit être maitrisée pour être durable. »

 

Mettre l’État face à ses obligations

Se définissant lui-même comme « un Suisse pure souche », Philippe Bovey est né, a étudié et travaille dans le canton de Vaud. Ce qui ne l’a pas empêché de baigner dans un univers professionnel international.

Après une formation en sciences des religions et en HEC, il découvre le droit international des droits de l’homme à l’Entraide protestante suisse (EPER), dans la défense juridique des réfugié·e·s en Suisse. Avec ses collègues juristes, il porte notamment des affaires devant la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH).

« Dans un monde idéal, le droit met l’État face à ses obligations, que le détenteur d’un droit soit puissant ou particulièrement vulnérable. Dans le monde réel, des ONG et des personnes militantes doivent souvent s’engager pour que cet idéal se concrétise pour les victimes les plus fragiles. Mais leur action ne doit pas servir à tolérer les défaillances des gouvernements ou de la justice. »

 

Droit et information, les bases du vivre-ensemble

« Un défi particulier du droit est qu’ils ne fonctionnent pas « objectivement », contrairement à une opération médicale d’urgence ou à l’irrigation d’un champ. Il faut que les victimes connaissent leurs droits pour pouvoir les faire respecter, aient suffisamment confiance en la justice pour s’en remettre à elle, que la justice enfin soit elle-même suffisamment reconnue dans son rôle par une société pour que le droit puisse s’imposer ».

Une logique qui s’applique aussi à l’information en temps de crise, le cœur de métier de la Fondation Hirondelle dont Philippe Bovey est le Secrétaire général. « L’autre point commun, c’est que le droit et l’information sont des armes pour mettre debout les plus vulnérables. Elles sont fragiles, comme l’est la construction d’un vivre ensemble apaisé. »

Et de conclure : « Ce qui me convainc chez TRIAL, c’est l’ancrage dans des situations concrètes qui sert de point de départ : pas défendre une idée générale, mais une affaire individuelle qui porte en elle un enjeu général. »

 

©2021 trialinternational.org | Tous droits réservés | Politique de confidentialité | Statuts | Designed and Produced by ACW