Tabassé pour avoir voulu protéger un proche

03.06.2016 ( Modifié le : 17.08.2017 )

Début 2008, devant son domicile, Jean (nom d’emprunt) écoutait le récit de Fabien (ibidem), un membre de sa famille. Ce dernier lui racontait une altercation récente avec un représentant de l’État, qui avait tenté de lui soutirer des documents officiels. Lors de la discussion, le même représentant a fait irruption devant Fabien, insistant pour obtenir lesdits documents.

Témoin de cette tentative d’abus, Jean s’est interposé pour contester l’ordre et protéger son proche… ce qui lui a valu d’être emmené de force par plusieurs policiers. Jeté dans un véhicule, il a été passé à tabac et n’a été libéré que sous la pression des badauds ayant assistés à la scène.

Couvert de sang, gravement blessé, Jean a été abandonné sur le bord de la route. Emmené à l’hôpital, il lui a fallu plusieurs semaines pour guérir de ses blessures.

À peine remis sur pied, Jean a dénoncé les exactions subies aux autorités compétentes. On ne lui a accordé qu’une seule audience, qui est restée sans suite. Après quatre ans, et en dépit de nombreuses relances, la situation n’a pas évolué.

Procédure

Face à l’apathie du système judiciaire national, Jean ne s’est pas découragé et a fait appel à TRIAL International pour obtenir justice.

Constatant l’impasse dans lequel il se trouve, l’ONG l’a assisté en portant plainte auprès des Nations Unies. Cette plainte, déposée en 2012, exige notamment que les tortures subies et la responsabilité des autorités burundaises soient reconnues.

La procédure est actuellement en cours.