Répression au Burundi, arrestation en RDC

03.07.2017

Le journaliste Egide Mwemero a été torturé en RDC pour des « crimes » commis au Burundi. Une affaire qui illustre le musèlement des médias dans la région.  

La Radio Publique Africaine (RPA), l’un des médias les plus populaires au Burundi, a été dans la ligne de mire du gouvernement dès le début de la crise. Son siège a été saccagé et de nombreux journalistes ont dû fuir le pays. Le directeur de la RPA, Bob Rugurika, a lui aussi eu des démêlés avec la justice.

Mais les journalistes de la RPA, même exilés, ont continué de faire entendre leur voix. En octobre 2015, ils ont créé l’émission Humura, afin de continuer d’informer leurs concitoyens. Grâce à un partenariat avec la radio congolaise Le Messager du Peuple, l’émission est diffusée au Burundi. La radio émet depuis Uvira, une ville proche de la frontière entre RDC et Burundi.

Le prix du droit d’informer 

Egide Mwemero est journaliste et technicien à la RPA. Comme de nombreux confrères, il s’était refugié au Rwanda avec sa famille. Le 13 octobre 2015, il a été envoyé à Uvira pour résoudre une panne technique. Le jour même de son arrivée, il a été arrêté sans explication.

Pendant plus de six mois, Egide Mwemero a été détenu et torturé à plusieurs reprises. Il n’a jamais pu rencontrer son avocat. Son calvaire a duré près d’un an. Le 27 septembre 2016, il a enfin été libéré et a pu regagner Kigali auprès de sa femme et de leur bébé.

« Justice pour ce que j’ai vécu »

Egide n’a toujours pas obtenu justice, c’est pourquoi TRIAL International a soumis un rapport au Rapporteur spécial sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. Le but de cette action est de faire ouvrir une enquête et la poursuite des responsables.

« Je ne demande que justice », explique Egide Mwemero. « J’espère que les responsables seront poursuivis et sanctionnés pour ce qu’ils m’ont fait vivre ».