fbpx

Affaire Marius

03.06.2016 ( Modifié le : 26.09.2016 )

En 2012, une fausse accusation a mené à l’arrestation de Marius (nom d’emprunt). Au poste de police, il a été frappé à coups de bottes et de ceinture, avec tant de violence qu’il a perdu connaissance. Abandonné dans cet état critique sans recevoir le moindre soin, il a dû attendre plusieurs heures avant d’être emmené à l’hôpital. Encore aujourd’hui, Marius souffre des séquelles physiques et psychologiques de cet épisode.

Le lendemain des faits, Marius a dénoncé les tortures subies et une enquête a été ouverte. Les espoirs de la victime pour que justice soit rendue ont été de courte durée, puisque la procédure est ensuite restée au point mort pendant des mois. Quand, à force d’insistance de la part de Marius, la justice a enfin examiné le dossier, les faits retenus étaient bien en-deçà de ce que la victime avait enduré et ne reflétait en rien la gravité des violences. Aucune suite n’a été donnée.

TRIAL International, avec l’aide de ses partenaires au Burundi, a saisi les Nations unies en 2013. Dans leur décision, celles-ci ont reconnu le double tort causé à Marius : les tortures subies et l’inertie de la justice burundaise.

 

©2020 trialinternational.org | Tous droits réservés | Avertissement | Statuts | Designed and Produced by ACW