fbpx

Affaire N.

03.06.2016 ( Modifié le : 03.11.2016 )

N. a été violée chez elle en 2014 par un colonel des FARDC (Forces armées de la République démocratique du Congo), collègue de son mari. Comme d’innombrables victimes de viol, N. a été mise au banc de sa communauté, isolée et stigmatisée pour un crime dont elle est la victime.

Malgré les pressions, N. a eu le courage de porter plainte, mais le dossier a été bloqué après que l’auteur du crime, le colonel, ait tenté de passer un arrangement à l’amiable avec la victime pour mettre fin aux poursuites pénales. Cette pratique, illégale dans ces circonstances, est encore trop souvent utilisée pour acheter le silence de la victime.

Déterminée à obtenir justice, N. a déposée une nouvelle plainte pénale avec l’aide de TRIAL International, mais l’enquête piétine. Face à ce blocage au niveau national, TRIAL a agit en parallèle au niveau régional : elle a déposé une plainte devant la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples, lui demandant de reconnaître les violences commises par les agents de l’Etat en RDC, en l’occurrence le colonel.

Ce dossier de viol par un militaire de haut rang est représentatif du fléau que sont les violences sexuelles en RDC, mais également de l’incapacité et du manque de volonté de la justice militaire de punir les crimes commis par des militaires haut gradés.

 

©2020 trialinternational.org | Tous droits réservés | Avertissement | Statuts | Designed and Produced by ACW