Pascal : Retrouvé exécuté quelques jours après son arrestation

20.09.2018 ( Modifié le : 26.09.2018 )

Durant l’été 2015, Pascal (nom d’emprunt) a reçu de nombreux appels alarmants l’informant qu’il était activement recherché par la police burundaise.

Depuis avril 2015, la recrudescence d’insécurité au Burundi a engendré de nombreuses violations graves des droits humains, et ce dans une situation d’impunité totale.

En effet, entre avril 2015 et fin avril 2016, les estimations de l’ONU présentaient 348 cas d’exécutions extrajudiciaires, 36 cas de disparitions forcées, 3477 arrestations arbitraires et 651 cas de torture.

Dans ce contexte, Pascal a voulu se renseigner auprès d’un agent étatique pour lever le voile sur sa situation. Ce dernier lui a assuré qu’il ne faisait l’objet d’aucune poursuite.

Pourtant, dans les jours qui ont suivis cet échange, Pascal a été arrêté par un groupe de policiers lourdement armés avant d’être embarqué de force vers une destination inconnue.

Quelques jours plus tard, le corps de Pascal a été retrouvé sans vie et sa dépouille présentait plusieurs impacts de balles.

Procédure

Outre la saisie de plusieurs organisations de droits humains, la famille de Pascal a porté plainte devant les autorités.

Pourtant, près de trois ans après les faits, aucune enquête effective n’a été ouverte et aucun acte d’investigation n’a été entrepris.

Ainsi, malgré l’implication de nombreux acteurs et malgré un grand retentissement médiatique, le dossier reste bloqué et les auteurs de cette exaction continuent de bénéficier d’une impunité totale.

Au vu de l’inertie de la justice nationale, TRIAL International a saisi une instance internationale.

La procédure est en cours.