Christian : Enlevé, porté disparu, et finalement exécuté

20.09.2018 ( Modifié le : 09.01.2019 )

Christian: Enlevé, porté disparu, et finalement exécuté

En décembre 2015, au Burundi, des attaques perpétrées par des personnes armées non identifiées ont eu lieu contre quatre bases militaires à Bujumbura et autour de la ville.

A l’issue de ces attaques, les forces de l’ordre ont conduit une campagne de répression d’une ampleur inégalée dans plusieurs quartiers affiliés à l’opposition. Selon certaines estimations, environ 160 personnes auraient été tuées et de nombreuses personnes auraient été victimes d’arrestations arbitraires, de tortures et de viols.

Au lendemain de ces attaques, Christian (nom d’emprunt) a été arrêté par un groupe de policiers et embarqué de force dans une camionnette du SNR (le Service national de renseignement).

Quelques jours plus tard, le corps de Christian a été retrouvé sans vie et sa dépouille présentait de nombreuses marques de sévices et plusieurs impacts de balles.

Procédure

Les proches de Christian, malgré la peur de représailles, ont alerté les autorités avant même que son corps ne soit retrouvé. Bien qu’aucune plainte écrite n’ait été déposée, un dossier a été ouvert par les autorités.

Pourtant, plus de deux ans après les faits, aucune enquête effective n’a été ouverte et aucun acte d’investigation n’a été entrepris.

Ainsi, malgré la mobilisation de nombreux acteurs et malgré un grand retentissement médiatique, le dossier reste bloqué et les auteurs de cette exaction continuent de bénéficier d’une impunité totale.

Il est malheureusement trop tard pour venir en aide à Christian. Mais la souffrance infligée à ses proches du fait de son exécution peut encore être atténuée si justice est faite.

Du fait des violations des droits humains perpétrées à l’encontre de Christian et de ses proches, TRIAL International a saisi une instance internationale.

Début 2018, l’affaire a été déclarée recevable. La procédure est en cours.