fbpx

BiH : L’accès à la justice est un droit, pas un privilège

04.10.2016

Des milliers de victimes de guerre bosniennes attendent encore justice. Pour certaines, le coût des procédures est tout simplement trop élevé.

L’Etat bosnien ne prévoit pas d’accompagnement juridique gratuit pour toutes les victimes, réduisant de fait l’accès à la justice à ceux qui en ont les moyens.

« L’absence d’un programme national d’accompagnement juridique gratuit fait peser sur les victimes un poids économique et logistique intenable », explique Selma Korjenic, directrice du programme BiH de TRIAL.

Depuis un an, TRIAL International plaide pour qu’une aide juridique gratuite soit garantie à toutes les victimes dans les procédures pénales. En août, l’organisation a proposé un amendement à la loi Bosnienne dans ce sens. La réponse des autorités est toujours en attente.

« Montrer que la justice est accessible »

En attendant que l’Etat remplisse ses obligations, seules les ONG et certaines institutions cantonales accompagnent gratuitement les victimes dans des procédures nationales. Malheureusement, peu d’entre elles sont formés à introduire des demandes de compensations dans les procédures pénales. En conséquence, très peu de victimes accèdent à des réparations.

C’est pour cette raison que TRIAL International a organisé un atelier pour les représentants des victimes sur comment introduire des demandes de compensations devant les cours pénales. Cela fait partie d’une stratégie plus large de diffusion de l’expertise de TRIAL sur le droit aux réparations.

Certes, les compensations perçues par les victimes peuvent servir à couvrir leurs frais légaux ou à reconstruire leur quotidien, mais le seul fait de recevoir cet argent est souvent la reconnaissance la plus précieuse. « Cela montre aux victimes que la justice est accessible », explique Miroljub Radomirović, conseiller juridique junior et participant à l’atelier.

 

©2020 trialinternational.org | Tous droits réservés | Avertissement | Statuts | Designed and Produced by ACW