Il est temps pour le Népal de rendre justice aux victimes de conflit armé

24.11.2021

La vérité, la justice et les réparations promises aux victimes de l’atroce conflit armé (1996-2006) n’ont pas eu le moindre début de concrétisation. Quinze ans après la signature de l’Accord de paix global, qui a conduit à la création d’une Commission vérité et réconciliation et d’une Commission d’enquête sur les disparitions forcées, les gouvernements népalais successifs n’ont pas été en mesure de mener à bien le processus de paix et de mettre un terme aux blessures et aux griefs qui persistent depuis la fin du conflit.

Les gouvernements népalais successifs n’ont jusque-là pas réussi à concrétiser les promesses de réparations, de justice et de vérité pour les victimes. @Philip Grant

Quatre organisations (Amnesty International, la Commission internationale des juristes, Human Rights Watch et TRIAL International) profitent de cet anniversaire pour souligner les atermoiements de l’État népalais. Le processus de justice transitionnelle annoncé à de nombreuses reprises fait en effet l’objet de blocages politiques.

 » La réticence des autorités népalaises à s’acquitter de leur obligation d’enquêter sur les crimes graves et d’en poursuivre les auteurs a aggravé la souffrance des victimes, sapé l’état de droit et augmenté le risque de violations futures « , a déclaré Meenakshi Ganguly, directrice pour l’Asie du Sud à Human Rights Watch (HRW). « Tant que la justice restera bloquée au Népal, les auteurs présumés de crimes internationaux commis pendant le conflit sont susceptibles d’être poursuivis à l’étranger en vertu du principe de compétence universelle », a-t-elle ajouté.

Le recours à cette solution semble être le seul espoir des victimes, car le respect des droits de l’homme par le Népal reste discutable. Cela a été démontré lors du dernier examen périodique universel (EPU) de ses performances en matière de droits de l’homme, qui a eu lieu en janvier au Conseil des droits de l’homme à Genève.

De nombreux États membres des Nations unies ont exprimé leur inquiétude quant aux retards et aux faiblesses du processus de justice transitionnelle et ont appelé le gouvernement à veiller à ce qu’un processus indépendant et fondé sur les droits puisse être mis en place.

« Le processus de justice transitionnelle du Népal doit apporter vérité, justice et réparation aux victimes et à leurs familles, ainsi que la responsabilité des auteurs et des garanties de non-récidive », a déclaré Cristina Cariello, responsable du programme Népal de TRIAL International. « Malgré les menaces et les intimidations, et des retards apparemment sans fin, les groupes de victimes ont été inébranlables dans leur demande de justice – pour être crédible, ce processus doit gagner leur confiance », a-t-elle observé.

 » Les partenaires internationaux du Népal doivent faire pression sur le gouvernement pour qu’il s’acquitte de ses obligations légales et respecte ses engagements en matière de justice et d’obligation de rendre des comptes, et se tenir prêts à soutenir un processus de justice crédible, a déclaré Nirajan Thapaliya, directeur d’Amnesty International Népal.  » Pour être crédible et couronné de succès, il est essentiel que tout processus de justice transitionnelle respecte les droits des victimes à la vérité, à la justice et aux réparations, ainsi que les autres normes relatives aux droits humains du droit népalais et international.  »

De 1996 à 2006, le Népal a été secoué par une guerre civile qui a fait plus de 13 000 morts, selon plusieurs sources. Environ 150 000 personnes ont fui les zones de conflit vers d’autres régions, principalement vers la capitale Katmandou.

 

Plus d’informations sur le Népal sur notre site web

Transitional justice: a make or break opportunity for Nepal?

Ahead of Nepal’s UPR, States must pull their weight in the fight against impunity

 

©2022 trialinternational.org | Tous droits réservés | Politique de confidentialité | Statuts | Designed and Produced by ACW