Grâce à vous, la justice devient possible

14.12.2017 ( Modifié le : 12.02.2018 )
     

Le message d'Elsa Taquet

Lorsque nos forces s’unissent pour dénoncer et lutter contre les atrocités, la justice devient possible. Le cas de Kavumu en est la meilleur illustration, car il a vu l’ensemble des acteurs nationaux et internationaux combiner leurs efforts pour obtenir justice dans ce procès emblématique auquel j’ai eu la chance de participer.

Les crimes commis dans ce petit village de l’est du pays ont choqué la communauté internationale en raison de leur cruauté. Entre 2013 et 2016, 46 fillettes âgées de 8 mois à 12 ans, ont été enlevées et violées pendant la nuit, avant d’être abandonnées dans des champs alentours.

L’explication derrière ces actes renforce leur caractère sordide : les responsables présumés, membres de la milice « Yeshi Ya Yesu » (L’Armée de Jésus), prélevaient le sang de leurs jeunes victimes pour acquérir une protection surnaturelle contre leurs ennemis.

La complexité des faits et du mode opératoire utilisé par les agresseurs ont mis à mal les autorités nationales. Cest grâce à la collaboration de nombreux acteurs nationaux et internationaux, dont TRIAL International, qu’une enquête efficace a pu être menée. Grâce notamment à la participation de la police scientifique et de nombreux experts, autant dans le domaine médico-légale, que juridique ou psychologique, les victimes ont pu obtenir une assistance adaptée à leurs besoins. Les suspects ont été arrêtés et inculpés pour crimes contre l’humanité. Après des années d’impunité pour les crimes de violences sexuelles, le procès pour les petites filles de Kavumu représente un procès de taille.

TRIAL International s’est mobilisée sans relâche pendant deux ans aux côtés des victimes et de leurs familles. Nous nous sommes rendus à plusieurs reprises sur le terrain pour documenter ces crimes et avons travaillé quotidiennement avec les avocats congolais des victimes, pour consolider leurs plaidoiries et affiner leur stratégie juridique. Tout au long du procès, nous avons apporté notre expertise juridique et notre expérience sur les dossiers de crimes de masse pour permettre aux avocats d’aller chercher une condamnation pour crimes contre l’humanité.

En collaboration avec des ONG locales, nous avons en outre facilité l’organisation des examens médicaux et psychologiques des fillettes. Ces entretiens ont été vidéos-filmés pour leur éviter de répéter leur histoire durant le procès – un moment très éprouvant pour de jeunes victimes déjà fragilisées et qui souffrent aujourd’hui encore d’un profond traumatisme psychologique. Nous avons également accompagner les avocats du collectif des victimes dans leur requête pour que des mesures de protection exceptionnelles soient adoptées durant la procédure, en vue de protéger les petites filles contre une re-victimisation.

Les parents des victimes ont aussi été bouleversés par l’horreur des évènements et par l’atmosphère généralisée de terreur aux environs de Kavumu. Ils craignent toujours pour leur vie en raison des menaces et des représailles de la milice. Ce qui m’a le plus marquée lors de ce procès, c’est le contraste entre le désarroi de ces parents, confrontés aux souffrances de leurs enfants, et l’absence totale de remords des prévenus.

C’est parce que l’impunité reste la norme que de telles atrocités peuvent encore se produire. A Kavumu, la justice a finalement été rendue aux victimes par la condamnation de 11 miliciens à la prison à vie pour des violences sexuelles constitutives de crimes contre l’humanité. Ce verdict est une victoire pour la justice et les communautés affectées.

En soutenant notre action, vous aidez les victimes à Kavumu et ailleurs à traduire leurs bourreaux en justice et à retrouver la paix. Ensemble, envoyons un message d’espoir aux victimes du monde entier !

 

Elsa Taquet, Conseillère juridique pour la République Démocratique du Congo
@elsa_ct

 

P.S. : Votre don fait toute la différence ! Avec CHF 200, vous permettez à un défenseur des droits humains de documenter un crime grave ; avec CHF 500, vous financez la formation de deux avocats en RDC et contribuez ainsi à lutter contre l’impunité. Merci pour votre soutien !