UJAR

Le téléchargement du UJAR a démarré. Merci de remplir le formulaire suivant pour rester informé/e/s sur la compétence universelle et notre travail !

x

La condamnation de Mladić suffira-t-elle à tordre le cou aux discours négationnistes en bih ?

09.06.2021 ( Modifié le : 10.06.2021 )

Alors que la condamnation de Ratko Mladić à la prison à perpétuité vient d’être confirmée, les discours révisionnistes et négationnistes ont le vent en poupe en Bosnie-Herzégovine (BiH). Signe de la vigueur de ces sentiments, une fresque à la gloire de l’ancien militaire – pourtant condamné en 2017 pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité – est apparue en mars à Foča. Un réseau regroupant 217 organisations de la société civile appelle les institutions à effacer la fresque et à prendre des sanctions contre ses auteur/e/s. Un geste d’autant plus symbolique à l’heure où La Haye a confirmé en appel la condamnation du « boucher des Balkans ».

En 1995, les Serbes de Bosnie menés par Ratko Mladić ont exterminé plus de 8 000 Bosniaques dans l’enclave de Srebrenica. © Mikel-Oibar

C’est une histoire qui semble se répéter à l’infini. Une fresque gigantesque à la gloire du colonel-général de l’armée de la République Serbe de Bosnie Ratko Mladić avait fait son apparition dans la ville de Foča au printemps dernier. Un exemple de plus du révisionnisme et du négationnisme des crimes qui ont eu lieu pendant la guerre de 1992-1995 en Bosnie-Herzégovine (BiH). Des crimes pourtant reconnus par les instances internationales. Pour rappel, le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie avait en effet condamné Ratko Mladić à la perpétuité pour génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre en 2017. Une décision qui vient d’être confirmée par le Mécanisme pour les tribunaux pénaux internationaux le 8 juin 2021.

« Avec la confirmation de la condamnation de Ratko Mladić, personne ne peut ignorer ou nier les crimes dont il s’est rendu coupable », a déclaré Selma Korjenić, responsable du programme BiH pour TRIAL International. « Il est temps pour les autorités de notre pays d’interdire les discours négationnistes et la glorification des criminels de guerre, d’autant plus lorsque ceux-ci ont été jugés et condamnés. Mais aussi de sanctionner les responsables de ces discours qui minent le débat public en Bosnie-Herzégovine. »

Dans un communiqué de presse, le Network for Building Peace (Réseau pour la construction de la paix, qui regroupe 217 organisations et écoles en BiH), se déclarait profondément préoccupé par le nombre croissant d’actes de révisionnisme historique et de négation de faits établis par les tribunaux. Les peintures murales à l’effigie de criminels de guerre condamnés sont un exemple de la banalisation de ces thèmes dans le débat public. Elles font partie de la vie quotidienne et ne sont pas sanctionnées, ni légalement ni moralement. Qui plus est, elles ne sont pas condamnées par les autorités.

Les victimes de crimes de guerre, ainsi que la population rapatriée, sont les plus touchées par ces actes honteux, étant donné qu’elles ont été humiliées pendant 25 ans et qu’elles ont été trahies et retraumatisées à de nombreuses reprises. TRIAL International et le Network for Building Peace demandent à toutes les institutions compétentes de travailler à la prévention de tels actes et de prendre les mesures nécessaires pour supprimer ces peintures murales et autres inscriptions, et de sanctionner les responsables.

Au cours de pourparlers au sujet de l’adhésion de la BiH à l’Union européenne (UE), celle-ci avait explicitement dit qu’il n’y a pas de place dans l’UE pour les pays qui nient les crimes de guerre. Elle avait aussi indiqué que le révisionnisme et la négation des crimes sont contraires aux valeurs européennes fondamentales. TRIAL International invite donc les représentants de la communauté internationale en Bosnie-Herzégovine à prendre des mesures concrètes et décisives pour appuyer la lutte contre ce problème. « Les autorités de Bosnie-Herzégovine ont un coup décisif à jouer », analyse Selma Korjenić, « en s’engageant contre les discours haineux, elles ont l’occasion de faire un pas à la fois en faveur des victimes de la guerre, et de l’adhésion à l’UE. »

 

©2021 trialinternational.org | Tous droits réservés | Politique de confidentialité | Statuts | Designed and Produced by ACW