Contexte

Des milliers de migrants du Mexique et des pays voisins essayent de franchir la frontière américaine. De plus en plus de graves violations des droits humains sont recensées à leur endroit, notamment des disparitions forcées. Selon des estimations officielles, plus de 26’000 personnes ont été portées disparues depuis 2006.

On constate depuis 2012 une vague de disparitions forcées dans le cadre de la « guerre contre les drogues et le crime organisé ». Les migrants de pays latino-américains en sont les premières victimes.

On ignore le sort de la plupart de ces victimes. Les autorités mexicaines ne parviennent pas à mener des recherches efficaces et à identifier, enquêter, poursuivre en justice et condamner les responsables. Les proches des victimes ne reçoivent ni soutien ni réparations et l’impunité reste omniprésente.

Que fait TRIAL International au Mexique ?

Depuis 2009, TRIAL International travaille avec plusieurs organisations pour alerter l’opinion publique sur le crime de disparitions forcées, et dénoncer l’échec des autorités mexicaines à l’enrayer et à poursuivre les responsables en justice. C’est l’une des seule ONG à documenter les disparitions forcées de migrants issus d’autres pays latino-américains, disparus au Mexique alors qu’ils cherchaient à rejoindre les États-Unis.

©Reuters_Mexico_RTR2J2A3
Des milliers de familles attendent encore de savoir ce qui est advenu de leurs proches. ©Reuters

En partenariat avec l’organisation Fundación para la Justicia y el Estado democrático de derecho et une coalition d’organisations latino-américaines, TRIAL International présente régulièrement des rapports aux Nations Unies. Ces rapports donnent un aperçu des problèmes structurels et des affaires en cours, mais proposent aussi des mesures concrètes pour y remédier.

En 2009, TRIAL International et l’Organisation mondiale contre la torture ont conjointement présenté un rapport à la Cour interaméricaine des droits de l’homme sur une affaire de torture et d’exécution extrajudiciaire à Ciudad Juárez. Dans son jugement, la Cour a suivi la plupart des recommandations du rapport.