A quoi sert le droit, sinon à garantir la justice ?  

21.08.2019

Denis von der Weid est le fondateur et Président de la Fondation Antenna, qui soutient TRIAL International depuis de nombreuses années. Rencontre avec un passionné des droits humains pour qui l’innovation doit être au service de tous, et non d’une minorité privilégiée. 

Denis von der Weid, fondateur et Président de la Fondation Antenna. ©Fondation Antenna

« J’ai créé la Fondation Antenna en 1989 sur la base d’un constat affligeant :  80% des technologies développées ne profitent qu’à 10% de la population mondiale. Pourquoi ? Comment est-on arrivé à une situation où l’innovation est au service du futile et du gain commercial, au lieu de développer la recherche qui contribuerait à garantir une vie digne à tous ?

Le mandat de la Fondation Antenna est d’encourager le développement d’outils concrets qui améliorent le quotidien des plus démunis : une chloration pour rendre l’eau potable ou la désinfecter, l’Argémone, une plante médicinale pour soigner le paludisme, etc.  Nous assurons tant la recherche que l’application et la diffusion sur le terrain. »

L’accès à la justice fait partie des droits fondamentaux

« Nous soutenons TRIAL International car nous avons la même vision des droits humains : nous les voulons effectifs et incarnés. Le droit ne peut pas rester déclaratif, de beaux mots sur le papier qui ne se matérialisent pas concrètement dans la vie de chacun. Il doit garantir la dignité de chaque individu : accès à l’alimentation, à l’eau, à la santé, à l’éducation… et bien sûr à la justice.

L’action de TRIAL International est indispensable car elle force les gouvernements à réagir. Ratifier des textes sans les faire respecter est tout aussi stérile que développer des technologies qui ne bénéficieront qu’à une minorité privilégiée. Dans les deux cas, des millions de gens continuent de vivre dans des conditions déplorables.

Or à quoi sert le droit, sinon à garantir la justice ? Il faudrait que de nombreuses autres organisations fassent le même travail pour que tous les droits inscrits dans les grandes conventions internationales soient intégrés dans leurs actions! »

Les droits humains à l’âge du numérique

« Je vois un lien étroit entre les droits fondamentaux et les nouvelles technologies liées aux besoins essentiels. Il y a dans ce domaine un potentiel inexploré, y compris dans la recherche de preuves. L’utilisation créative de moyens technologiques est à mon sens un  aspect à développer chez TRIAL International !

Des initiatives innovantes, comme le développement de preuves audiovisuelles pour des procès en RDC, ne sont que le premier pas. Le plus important, c’est que ces précédents soient mis à la portée du plus grand nombre. Que la technique soit accessible par tous, et pour tous, pour faire de succès marginaux des moteurs de changement à grand échelle.

Lorsque chacun aura les moyens réels, y compris technologiques, de faire valoir ses droits, nous aurons gagné un pari. Patience, patience ! »

En savoir plus sur la Fondation Antenna