fbpx

Crimes de guerre: dénonciation pénale contre le vice-ambassadeur du Sri Lanka

30.10.2011 ( Modifié le : 31.10.2019 )

Genève / Berne, le 4 août 2011

La Société pour les peuples menacés (SPM) et TRIAL (association suisse contre l’impunité) ont déposé aujourd’hui auprès du Procureur général de la Confédération une dénonciation pénale pour crimes de guerre contre l’ex-général sri lankais Jagath Dias. Bien que la SPM et TRIAL aient invité le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) à plusieurs reprises à prendre des mesures contre M. Dias, le vice-ambassadeur sri-lankais en Allemagne, qui est également accrédité pour la Suisse, continue cependant à bénéficier du statut diplomatique. Il est grand temps que la Suisse donne un signal clair contre l’impunité.

La Société pour les peuples menacés (SPM) et TRIAL (association suisse contre l’impunité) ont déposé aujourd’hui une dénonciation pénale auprès du Procureur général de la Confédération contre Jagath Dias, soupçonné d’avoir commis des crimes de guerre lors de la dernière phase de la guerre civile au Sri Lanka. M. Dias est le vice-ambassadeur du Sri Lanka en Allemagne depuis septembre 2009 et a également été accrédité par la Suisse et par le Vatican. Or, de nombreux indices montrent que des crimes de guerres ont été commis par la 57ème division de l’armée sri lankaise sous le commandement du général Dias. Celui-ci était en effet général de la 57ème division lors de l’offensive finale contre le groupe rebelle des Tigres Tamouls (LTTE) à la fin de l’année 2008 et au début 2009, qui a coûté la vie à près de 40’000 civils, selon un récent rapport des Nations unies. Dans ce cadre, les troupes de Jagath Dias auraient notamment bombardé massivement des civils et des hôpitaux.

Le 24 janvier dernier, la SPM et TRIAL avaient déjà invité le Conseil fédéral à prendre des mesures contre Jagath Dias. Le 3 mai, elles ont exigé publiquement du DFAE qu’il déclare M. Dias «persona non grata» et qu’il lui retire son statut diplomatique. La semaine dernière, les organisations ont appris que le DFAE avait « pris des mesures », mais que ces mesures ne seraient pas rendues publiques. A ce jour, M. Dias est toujours en poste en tant que vice-ambassadeur du Sri Lanka.

Les organisations espèrent que la dénonciation pénale conduira à l’arrestation de Jagath Dias au cas où il reviendrait prochainement en Suisse et que les accusations formulées contre lui feront l’objet d’une enquête judiciaire. La SPM et TRIAL invitent en outre le gouvernement suisse à faire usage de son pouvoir discrétionnaire en retirant son statut diplomatique à M. Dias. Une telle décision représenterait un signal fort de la Suisse qu’elle prend au sérieux son rôle dans la lutte contre l’impunité.

©2020 trialinternational.org | Tous droits réservés | Avertissement | Statuts | Designed and Produced by ACW