fbpx

Victimes de violences sexuelles: les oubliés de la Bosnie-Herzégovine

19.06.2020 ( Modifié le : 18.06.2020 )

Le 19 juin marque la Journée internationale pour l’élimination de la violence sexuelle en temps de conflit. A cette occasion, il est important de se rappeler que les déclarations ne suffisent pas. Des mesures concrètes sont nécessaires pour améliorer les droits des survivants, tant par les autorités compétentes que par la société dans son ensemble.

Selon les Nations Unies, entre 20 000 et 50 000 femmes et hommes ont subi des viols ou des agressions sexuelles pendant la guerre qui a déchiré la Bosnie-Herzégovine (BiH) entre 1992 et 1995. Malgré des progrès significatifs par rapport aux pays voisins, les survivants rencontrent de nombreux obstacles lorsqu’ils tentent de faire valoir leurs droits. Ce qui soulève une question fondamentale : pourquoi les survivants de violences sexuelles en temps de guerre sont-ils toujours confrontés aux mêmes problèmes systémiques, 25 ans après la guerre ?

Quels obstacles entravent l’accès à la justice ?

La stigmatisation au sein de la société, les problèmes psychologiques dus à des traumatismes non traités, le manque d’informations sur la manière de naviguer dans le processus juridique, le manque de moyens pour bénéficier d’une assistance juridique, les auteurs qui vivent toujours dans les mêmes communautés – ce ne sont là que quelques-uns des obstacles qui dissuadent les survivants de parler des crimes qu’ils ont subis. Les statistiques parlent d’elles-mêmes : sur 15 à 20 cas, un seul est signalé.

Même lorsqu’ils décident de saisir un tribunal, les survivants sont confrontés à des problèmes, souvent causés par le système judiciaire complexe et dysfonctionnel de la BiH qui ne protège pas suffisamment les droits et la dignité des victimes. A l’origine de ces dysfonctionnements, des blocages politiques et un manque patent de ressources – avec comme effet des victimes privées d’un accès complet et efficace à la justice, à la vérité et aux réparations. Et ce alors que la garantie de ces droits fondamentaux incombe à l’État de BiH, afin d’aider les survivants à surmonter des traumatismes inimaginables et de leur permettre de construire une nouvelle vie.

 

L’action de TRIAL International

Depuis de nombreuses années, TRIAL International est engagée pour améliorer la situation des survivants et à défendre leurs droits. L’organisation a fourni un soutien juridique à 36 survivants de violences sexuelles en temps de conflit. Grâce à ses efforts, 9 auteurs ont été condamnés.

Malgré les progrès significatifs réalisés ces dernières années, les problèmes rencontrés par les survivants restent souvent sans réponse. Il appartient à tous les individus, organisations et institutions de faire connaître leurs droits aux survivants, notamment en luttant contre l’impunité des auteurs et en éliminant la stigmatisation. Et ainsi, rétablir la confiance des victimes dans le système judiciaire et la société dans son ensemble.

©2020 trialinternational.org | Tous droits réservés | Avertissement | Statuts | Designed and Produced by ACW