Le déni de Srebrenica jugé intolérable

06.07.2016 ( Modifié le : 13.07.2016 )

Pour la première fois, la Suisse a condamné un ancien politicien d’extrême-droite pour avoir nié le génocide de Srebrenica.

Le 31 mai, M. Donatello Poggi a été reconnu coupable de discrimination raciale par une cour au Tessin (Suisse) pour avoir appelé Srebrenica un « mensonge propagandiste » dans un article de 2012. Le même article maintenait que les Serbes, et non les Bosniaques, étaient les victimes du plus grand massacre sur le sol européen depuis la fin de la Seconde guerre mondiale.

Suite à la publication de l’article, un avocat d’origine bosnienne a porté plainte. TRIAL International, qui intervient en Bosnie-Herzégovine depuis 2007 aux côtés de victimes de guerre de toutes ethnies, a soutenu cette plainte.

Bien que la guerre ait fait des victimes parmi les serbes, de nombreux verdicts internationaux et nationaux ont qualifié de génocide le meurtre de 8 000 hommes et garçons bosniens en juillet 1995.

A notre connaissance, ce verdict – qui peut faire l’objet d’un appel – est le premier en Suisse portant sur Srebrenica. Il envoie un message clair : nier les atrocités du passé et entraver la réconciliation pacifique ne saurait être toléré.

©2022 trialinternational.org | Tous droits réservés | Politique de confidentialité | Statuts | Designed and Produced by ACW