fbpx

Népal : les droits humains écartés de la sphère politique

16.11.2017 ( Modifié le : 21.11.2017 )

Des élections législatives auront lieu le 26 novembre et le 7 décembre prochain dans la petite république himalayenne. Malheureusement, pour l’instant, aucun parti politique n’a jugé bon d’aborder le thème de la justice transitionnelle dans son programme électoral.

Ces élections sont pourtant porteuses d’espoir puisque ce sont les premières législatives depuis qu’une Assemblée constituante a été créé en 2015, sept ans après l’abolition de la monarchie.

Juger les crimes du passé pour contrer les crimes futurs

Les mécanismes de justice transitionnelle népalais qui ont vu le jour après neuf années de débats houleux représentent un pas en avant, mais ont toujours une portée insuffisante.

Effectivement, des centaines de victimes de la guerre civile et leurs proches attendent toujours réparation. Plus de 3000 mineurs ont été recrutés de force durant le conflit et peinent depuis à se réinsérer.

De plus, peu de victimes sont conscientes de leurs droits et de la possibilité de porter leur plainte devant les Nations Unies si la justice locale est défaillante. Ce manque d’information contribue aussi à l’impunité quasi-totale dont bénéficient les responsables encore aujourd’hui.

Par ailleurs, les violations des droits humains telles que les tortures et les détentions arbitraires n’ont pas disparu à la fin du conflit : des cas d’abus continuent à être rapportés. Les victimes sont souvent issues de milieux défavorisés. L’histoire de Bholi Pharaka illustre de façon affligeante cette situation.

Vers une société plus juste

L’amélioration des conditions de vie de la population passe par la justice transitionnelle et le respect des droits humains en général. Ceux-ci ne doivent plus être absents des débats politiques.

« Il faut que les victimes de violations des droits humains retrouvent une place dans la société népalaise », insiste Lucie Canal, responsable intérimaire du programme Népal de TRIAL International. « Pour cela, le système judiciaire local doit se débarrasser de ses inerties et se rendre plus accessible aux victimes. »

La société civile népalaise et internationale a porté pendant plus d’une décennie la lutte contre l’impunité au Népal. Il faut maintenant que les politiciens mettent eux aussi la main à la pâte.

©2019 trialinternational.org | Tous droits réservés | Avertissement | Statuts | Designed and Produced by ACW